Vous êtes demandeur d’emploi

Quel que soit votre projet, nous vous proposons des solutions adaptées !

Vous souhaitez reprendre une formation professionnelle, acquérir les savoirs de base, ou préparer un diplôme ?
Besoins de vous perfectionner en langues ou dans les technologies d’information ? Ou encore faire un bilan de compétences ?

Nos conseillers sont à votre écoute pour élaborer, avec vous, VOTRE projet !

Les financements possibles

Le contrat de professionnalisation

« Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail conclu entre un employeur et un salarié. Il permet l’acquisition d’une qualification professionnelle (diplôme, titre, certificat de qualification professionnelle…) reconnue par l’État et/ou la branche professionnelle. L’objectif étant l’insertion ou le retour à l’emploi des jeunes et des adultes. »
Source : Ministère de l’emploi de la formation professionnelle et du dialogue social.

Qui peut en bénéficier ?
Les types de contrats possibles :

C’est un contrat de travail qui peut prendre la forme :

  • Soit d’un CDD (contrat à durée déterminée) de 6 à 12 mois (qui peut toutefois être allongé jusqu’à 36 mois sous certaines conditions)
  • Soit d’un CDI (contrat à durée indéterminée) avec une action de professionnalisation de 6 à 12 mois (qui peut toutefois être allongé jusqu’à 24 mois sous certaines conditions).

L’accord interbranches du 21 juin 2004 permet cependant de porter la durée du contrat ou de l’action de professionnalisation jusqu’à 24 mois (préparation d’un CQP, un diplôme, un titre professionnel ou une qualification reconnue dans les conventions collectives ou quand le titulaire du contrat est sorti du système éducatif sans diplôme ou sans titre).

Les modalités :
  • Tous les employeurs du secteur privé peuvent recruter un contrat de professionnalisation.
  • La durée de la formation en organisme de formation est comprise entre 15 et 25 % de la durée du contrat, avec un minimum de 150 heures. La durée minimale peut dépasser 25% par un accord de branche.
  • La désignation d’un tuteur pour  accompagner le stagiaire est obligatoire depuis  la loi n°2014-288 du 5 mars 2014.
  • La rémunération varie en fonction de l’âge et du  niveau de qualification sur la base du minimum conventionnel ou du Smic.

Attention ! Suite à la loi n° 2015-994 du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l’emploi : le contrat de professionnalisation peut dorénavant comporter des périodes d’acquisition d’un savoir-faire dans plusieurs entreprises dans le cadre d’une convention conclue entre l’employeur, les entreprises d’accueil et le salarié.

D’autres mesures vous sont sans doute accessibles selon votre situation, rencontrez votre conseiller pour plus d’informations !

Le Compte Professionnel de Formation de Transition Professionnelle

Le CPF de transition professionnelle est un nouveau dispositif qui remplace le Congé individuel de formation depuis le 1er janvier 2019

Objectif

Le CPF de transition professionnelle permet à tout salarié, au cours de sa vie professionnelle, de suivre à son initiative et à titre individuel, une formation longue en vue de changer de métier ou de profession. Le CPF de transition professionnelle vise à financer une action de formation certifiante.

Qui peut en bénéficier

Le salarié en CDI doit justifier d’une ancienneté de 24 mois, discontinue ou non, en qualité de salarié, dont 12 mois dans la même entreprise, quelle que soit la nature des contrats de travail successifs.

Le CPF de transition est accessible également au salarié en CDD, durant son CDD ou pendant une période de chômage.
Le demandeur doit se prévaloir d’une ancienneté, en qualité de salarié, de 24 mois, consécutifs ou non, au cours des 5 dernières années, dont 4 mois en CDD, consécutifs ou non, au cours des 12 derniers mois.

Attention le demandeur CDD doit être toujours salarié au moment du dépôt de dossier et doit débuter sa formation 6 mois maximum après la fin de son dernier contrat en CDD.

Contenu du dispositif

Les formations concernées sont des formations certifiantes, éligibles au Compte personnel de formation, destinées à permettre au salarié de changer de métier ou de profession.

Durée du dispositif

La durée de l’action suivie par le bénéficiaire varie selon le projet de transition professionnelle.

Pour bénéficier de ce dispositif, le salarié doit élaborer un projet de formation en respectant un cadre précis.

Accompagnement : Pour préparer son projet, élaborer son plan de financement et le mettre en œuvre, le salarié a la possibilité de faire appel à un conseiller en évolution professionnelle.

Financement

La mobilisation des droits inscrits au Compte personnel de formation (CPF) permet de contribuer au financement de l’action de formation. Les frais pédagogiques et les frais liés à la formation sont assurés par le Fongecif. La rémunération du salarié est (en partie) maintenue :

  • salaire inférieur ou égal à 2 Smic, rémunération maintenue à 100 % ;
  • salaire supérieur à 2 Smic, rémunération maintenue à 90 % pour les formations s’étalant sur une année (ou d’une durée de 1 200 heures pour les formations discontinues ou à temps partiel), à 60 % pour les années suivantes ou à partir de la 1201ème heure.

À noter enfin que pendant sa formation, le salarié bénéficie du maintien de sa protection sociale.

 

Les actions conventionnées :

En tant que demandeur d’emploi, indemnisé ou non, vous pouvez bénéficier d’actions de formation financées par le Pôle emploi (Contrats aidés, Aide individuelle à la formation AIF, Actions de Formation Préalables au Recrutement AFPR ou Préparation Opérationnelle à l’Emploi POE), la Région, les Conseils Généraux, l’Agefiph (pour les personnes en situation de handicap), ou encore la Direccte.

Ces formations, qui répondent à un besoin de main d’œuvre qualifiée sur un bassin d’emploi, sont accessibles sur le site du C2RP.

Les conditions d’accès et d’indemnisation sont à étudier en fonction de votre situation, avec votre conseiller.

Le Contrat de Sécurisation Professionnelle (CSP) :

Objectifs :

Le contrat de sécurisation professionnelle CSP a pour objectif de faciliter le retour à l’emploi et le reclassement des salariés licenciés pour motif économique, grâce à un accompagnement personnalisé associant des périodes de recherche d’emploi, de formation et de travail au sein d’entreprises privées ou d’organismes publics.

Pour qui :

Le contrat de sécurisation professionnelle (CSP) permet aux salariés des entreprises de moins de 1 000 salariés ou en redressement ou liquidation judiciaire, quel que soit leur effectif, concernés par une procédure de licenciement économique, de bénéficier d’un ensemble de mesures destinées à favoriser un reclassement accéléré vers l’emploi.

Les entreprises de plus de 1 000 salariés sont tenues de proposer un congé de reclassement aux salariés dont elles envisagent le licenciement économique.

Le CSP est proposé aux salariés dont le licenciement économique est envisagé et remplissant les conditions suivantes :

À titre expérimental, les salariés en CDD de plus de 6 mois peuvent bénéficier du CSP sur certains bassins d’emploi.

Formations éligibles :
  • Certification des compétences
  • Élargissement des compétences
  • Remise à niveau
  • Qualification et reconversion

Le Compte Personnel de Formation (CPF) :

Bandeau pour le CPF contenant le logo du CPF

Quelle que soit votre situation vous pouvez bénéficier du cpf !

Le Compte Personnel de Formation (CPF) permet à son titulaire d’être pleinement acteur de son évolution professionnelle pour accroître son niveau de qualification et sécuriser son parcours professionnel.

Depuis le 1er janvier 2015, toute personne, âgée de 16 ans minimum*, dispose de son propre CPF. Auparavant abondé en heures, ce dernier est désormais monétisé. Le CPF reste actif tout au long de la vie professionnelle du titulaire quelle que soit sa situation et jusqu’à son départ en retraite.

Les formations éligibles au CPF sont :

  • Les formations visant l’acquisition du socle de connaissances et de compétences CléA 
  • L’accompagnement à la VAE
  • Le bilan de compétences
  • Les actions de formations dispensées aux créateurs ou repreneurs d’entreprises
  • La préparation de l’épreuve théorique du code de la route et l’épreuve pratique du permis B
  • Les formations conduisant à une certification totale ou partielle enregistrée au RNCP ou au répertoire spécifique

Vous pouvez également bénéficier :

VAE :

Un droit, une reconnaissance de l’expérience.

> En savoir plus sur la VAE

> Accéder à la brochure VAE

Bilan de Compétences :

Repérez vos acquis, révélez vos potentiels !

> En savoir plus sur le Bilan de compétences
> Accéder à la brochure Bilan de compétences